La perte du sens
un bronze de Bruce Krebs.

J'ai mis plusieurs mois pour achever cette sculpture. L'idée de la main est venue d'abord. J'ai voulu ensuite l'associer à l'idée d'écriture, mais comment? Comment faire que cette association ne soit pas "forcée"? Cette main est passée par plusieurs stades: sur le dos, verticale... La plume n'est venue que bien plus tard... petite plume insignifiante...

La symbolique était trop évidente. L'idée de "La perte du sens" m'est venue enfin... Les deux parois verticales ont été alors réalisées très rapidement. Ces parois comportent, toutes les deux, des écritures imaginaires!

Tout d'abord, sur de la cire, je me suis fortement inspiré des écritures babylonienne et sumérienne, mais l'effet d'encadrement de ces écritures donnaient une représentation de "briques dans un mur". Cette impression sur deux de plaques verticales augmentaient cette idée de mur qui ne convenait pas du tout avec "la perte de sens"...


J'ai recommencé mais cette fois-ci avec du plâtre en cours de prise (je mélange le plâtre avec du Map pour ralentir la prise). J'ai donc gravé deux nouvelles écritures purement fictives. La première est inspiré de l'alphabet phénicien, tandis que la seconde s'inspire à la fois d'un acte de Charlemagne "De Re Diplomatica" et du graphisme aérien de l'écriture arabe.

"Ecriture, miroir des hommes et des sociétés" le livre de Ladislas Mandel m'a toujours passionné (Atelier Perrousseaux éditeur), je vous le conseille.





Vous pouvez arrêter l'animation circulaire avec votre souris et choisir votre point de vue.

 

Ces graphismes d'écriture sont situés en bas des deux plaques verticales, sur les parois extérieures. Ces écritures sont progressivement effacées en s'élevant vers la main...

La petite plume n'a pas disparu,
elle me sert aussi d'entretoise...

La peau de cette main est très ridée. Dans "la perte du sens" il y a une notion de temps, bien évidemment. J'ai donc travaillé les veines apparentes, les jointures des doigts, les plis de la peau.

Le geste de la main ne devait pas être un geste fort. Les doigts sont encore ouverts, comme prêts saisir quelque chose d'indéfinissable... cette chose: le sens perdu des sentiments du passé... peut-être...

Quant à la plume, elle ne s'envole pas... elle est dessous, elle tombe. Elle aussi se perd...


Bien sûr, quand on pense à une main sculptée, on pense toute de suite à celles d'Auguste Rodin. Il en a fait plusieurs en lui donnant des références symboliques: "Le Secret", "La cathédrale". Mais les deux plus connues de Rodin sont: "La main de Dieu" (c'est une main droite) et "la main du diable" (c'est une main gauche)...

Dans un tout autre genre, "La main de Constantin" au Capitole mesure plus d'un mètre soixante...


Bronze à la cire perdue.
Largeur : 43 cm , profondeur : 18,5 cm, Hauteur : 45,5 cm .


Voulez-vous voir cette sculpture en grand format ?

Voulez-vous retourner vers

la galerie d'art contemporain?


 
Bruce Krebs, sculpteur
9 ter rue Amelot, 17 000 La Rochelle,
Charente Maritime, Poitou-Charentes, France, Europe.
Pour m'envoyer un E-mail:atelier.bruce.krebs@wanadoo.fr