Deux licornes
une sculpture murale de Bruce Krebs

versions

Je réalise un grand bas-relief avec de nombreux chevaux. (16 en tout) Au début, tous ces chevaux étaient orientés de la gauche vers la droite... Peu de temps après, j'ai changé d'idée : il fallait qu'ils soient orientés dans l'autre sens...





Contrairement à l'informatique, il ne suffit pas de taper "flip : x= - 100 %" pour que toute l'image se retourne ! Il faut recommencer sa sculpture entièrement. Ce que j'ai entrepris. Et voilà comment deux chevaux s'égarèrent dans mon atelier pendant quelque temps. Accrochés au mur, ils attendaient sagement leur "heure de gloire".







Six mois plus tard, j'eus l'idée de les transformer en licornes. Ainsi, ces deux chevaux abandonnés retrouvaient une nouvelle jeunesse. Ils n'étaient plus des "erreurs de parcours". Ils avaient acquis une réelle autonomie face au grand bas-relief (toujours en cours).





Dimensions de la sculpture murale
longueur : 30 cm, Hauteur : 22 cm, épaisseur : 14 cm.


Voulez-vous retourner vers

la galerie d'art contemporain?


Asiatique ou occidentale. Toutes les légendes de la licorne reposent sur la découverte de sa corne.

Cette corne torsadée faisait s'interroger les hommes de l'antiquité et du moyen Âge : quel animal peut être assez puissant pour porter sur le crâne une corne si lourde ? Un cheval n'y suffirait pas... Ou alors, un cheval deux fois plus grand. Ça ne pouvait pas être un monstre tant cette corne était belle !

L'explication la plus simple est peut-être la plus vraisemblable : Des marins danois pêchèrent un narval dans des zones interdites. Ils revendirent la corne sans en donner l'origine maritime... À partir de cet instant, l'homme inventa ce dont il rêvait: la protection contre le poison, la longévité, etc... Et les légendes se construisirent...



On trouve peu de sculpture de licorne. Mis à part celles récentes de Jean Fabre "Autoportrait en licorne" et de Damien Hirst "Jeune licorne dans du formol". La représentation la plus vive est sans doute "La licorne combattant le dragon" sculpture d'Antoine Coysevox (1640-1720) du domaine de Sceaux. Tout y est : le dragon a les pattes palmées, une queue de serpent et des ailes de chauve-souris... La licorne enfourne sa corne dans la gueule du dragon. Un genre de sculpture qui m'amuse beaucoup.


La licorne combattant le dragon

Bruce Krebs, sculpteur
9 ter rue Amelot, 17 000 La Rochelle,
Charente Maritime, Poitou-Charentes, France, Europe.
Pour m'envoyer un E-mail:atelier.bruce.krebs@wanadoo.fr