BruceKrebs présente et commente la création de l'une de ses sculptures intitulée :

L'inconnu de Tian'anmen
une oeuvre de Bruce Krebs.




Souvenez-vous de ce moment incroyable quand un homme seul stoppa une colonne de chars d'assaut. L'avenue était immense et l'homme était seul. C'était le 5 juin 1989 dans la capitale chinoise. Il portait deux ou trois sacs en plastique, sans doute venait-il de faire quelques courses pour le repas de midi... Il ne tenait pas de pancarte de revendication ni de signe distinctif sur lui.

Pour toute arme, il tenait un sac en plastique dans chaque main. Une folie !

Cliquez l'image pour voir la séquence (Cette immobilisation des chars dura plus de 6 minutes.
Ce montage de 2 minutes est un assemblage de 5 moments-clefs)


On a jamais su, avec certitude, qui était cet homme ni ce qu'il est devenu par la suite. Un inconnu donc. De même, on a jamais su ce qu'était devenu le conducteur du char en tête du cortège. Celui-ci n'a pas voulu écraser le piéton obstiné, il a bien essayé de contourner l'homme aux sacs, mais en vain.

Il y a donc deux inconnus dans cette histoire. Peut-être même trois, car des ordres de s’immobiliser ou d'écraser ce gêneur ont du être formulés... Un troisième inconnu donc. Que sont-ils devenus ?

J'ai très rapidement conçu les deux hommes. Au tout début, l'inconnu debout avait une attitude vindicative, le doigt tendu désignant son refus. J'ai abandonné cette attitude et repris la position presque passive de l'homme debout. Cette position est plus déroutante.

Ces deux personnages qui se font face, sont deux mêmes acteurs, issus du même peuple. Aussi, j'ai moulé la tête de l'un pour la fixer sur le corps de l'autre, comme deux jumeaux.

Pendant longtemps j'ai cherché comment exprimer le char d'assaut. Je ne voulais surtout pas faire une maquette et enfermer le militaire. Je voulais que l'on puisse voir ce militaire de tous les cotés. Et même voir ce qu'il observe.

(plusieurs versions sont dessinées superposées. D'abord axées sur la fenêtre d'observation du char d'assaut, puis sur le volant du conducteur.)

Mais c'était donner encore trop d'importance au véhicule. Le blindage n'est pas le sujet de la sculpture. J'ai cherché à styliser ce char au maximum pour mettre en valeur l'échange de regard entre ces deux hommes.

(déjà, en posant les personnages sur le dessin, on découvre rapidement que le trottoir n'est pas assez grand).

J'ai bricolé ce dispositif en balsa car il m'avait semblé bien proportionné sur le papier.

Mais ce dispositif ressemblait à un rabot !.

J'ai encore épuré la forme pour obtenir cet équilibre entre les deux hommes. Les visages des deux hommes sont ainsi au même niveau.

(par la suite j'ai ajouté un dernier élément : un quart de cylindre sous l'homme accroupi, une roue qui fait le lien entre le conducteur et le sol).

J'ai créé un plot dessous, conçu comme les strates de la terre.

(Pour obtenir cet effet j'ai coulé du plâtre très liquide sur du film d'emballage de cuisine. Puis pour retrouver une unité, j'ai reproduit ce même graphisme sous les pieds de l'inconnu debout.)

« Et le troisième personnage ? » me direz-vous.

Je l'ai évoqué par un haut-parleur situé aux pieds du conducteur du char...






Hauteur: 39 cm, Longueur: 43 cm, Largeur: 11 cm.

Voulez-vous retourner vers

la galerie d'art contemporain?




Bruce Krebs, sculpteur
9 ter rue Amelot, 17 000 La Rochelle,
Charente Maritime, Poitou-Charentes, France, Europe.
Pour m'envoyer un E-mail:atelier.bruce.krebs@wanadoo.fr