Bruce Krebs présente et commente la création de l'une de ses sculptures intitulée :

Le dinosaure, l'homme et son chien.
une oeuvre de Bruce Krebs.





Longtemps, pendant mes études, j'ai eu cette image de Escher punaisée sur mon mur.

(M. C. Escher graveur hollandais génial, 1898-1972. Maurits Cornelis Escher de son nom complet).



Cette gravure représente un dessin posé sur une table, duquel s'échappent d'étranges reptiles...
et si je voulais exagérer la mise en abîme, je dirais que
cette image JPG reproduit la photographie
d'une gravure qui représente
un dessin posé sur une table,
duquel s'échappent d'étranges reptiles...



Cette gravure est à l'origine de mon projet :
Un dessin qui devient sculpture...

 
Je n'ai jamais songé à transposer la gravure en sculpture. Mais j'ai cherché à créer un personnage qui se reproduit géométriquement. Je suis parti d'un hexagone, sans réfléchir. Sans doute une référence inconsciente à ce dessin d'Escher qui est, lui aussi, conçu sur une trame hexagonale.
Ensuite tout n'est que tâtonnement... On dessine quelques traits sur un hexagone, et on reproduit le même croquis sur les autres hexagones à côté. Quand on gomme, on déplace un trait, on doit les déplacer tous ensemble et ainsi de suite, sans à priori.
Et puis, petit à petit on entrevoit une possibilité, et on force le trait, d'un côté ou de l'autre. La tête d'un homme pourrait devenir la dentition d'un monstre...
Un lion ? un dinosaure ?

Même en déplaçant la veste de l'homme, jamais la queue ne pourrait ressembler à une queue de lion. Donc, ce sera un dinosaure...
Ah, il y a un coin qui n'est pas rempli ! Ce pourrait être un chien qui attaque la main du dinosaure...



Ainsi se crée l'enchaînement improbable d'un homme, d'un dinosaure et d'un chien. Ce trio s'emboîte avec ses propres copies, autour d'eux.

Et voilà, dessiné au propre, un papier peint sans "vide d'air"...

J'ai aussitôt commencé ma sculpture. Mais, très vite, j'ai constaté que le "dessin" gravé dans le plâtre ne donnait pas l'effet visuel que je souhaitais. J'ai donc épaissi jour après jour, le volume des personnages.

Mais ainsi, je m'éloignais de mon idée d'origine :
       Un dessin qui devient sculpture.
Le plateau était triangulaire et chaque personnage devait "émerger" de l'un des coins.

(On peut voir sur la photo, dans l'un des angles l'homme qui se soulève à peine, le suivant, assis les bras en l'air et le dernier, debout effrayé...
L'aboutissement de ce projet ne me convenait pas du tout. J'ai changé. D'un coup de scie, j'ai réduit le plateau à un carré. Des trois personnages, je n'ai conservé à sa place que l'homme assis.
Je n'ai pas su sculpter tous les modules exactement pareils comme l'avait réussi Escher. Mais, là encore, mon idée de départ s'était égarée. Une fois fini, j'ai rangé ce prototype sur une étagère.


Et j'ai tout repris à zéro.

_______________________________________________________________________________

Pour obtenir une forme répétitive absolument homogène, j'ai entrepris sa modélisation en 3D pour la faire imprimer en volume par la suite. Aussi, j'ai appris à modéliser en 3D sur le logiciel "Blender". (super logiciel)

Après pas mal de difficultés j'ai créé le module de trois personnages que j'ai pu dupliquer et assembler sur l'écran.
Et à cet instant,
catastrophe!

(petite modification: l'homme est de dos, en prévision de son redressement face au dinosaure).
En 3D, l'ensemble des trios m'a donné l'impression
d'un "tas de macchabés"!
Impression que je n'avais pas ressentie lors de ma première tentative.
Néanmoins en manipulant les modules dans l'espace 3D, j'ai découvert cette forme très découpée. Je l'ai adoptée.

Finalement, je n'ai fait imprimer qu'un seul module. Je l'ai moulé et j'en ai tiré quatorze exemplaires que j'ai assemblés sans problème.
Il me restait à faire sortir de la masse mes trois personnages...

Ce n'est que lorsque j'ai eu l'idée de transformer mon projet en sculpture murale que j'ai pu l'achever enfin !
C'est très curieux, verticalement, le dessin de base réapparaît très clairement.
Ce qui n'était pas du tout le cas horizontalement...


Bye bye Escher ! et merci encore !...                           



Dimensions: Hauteur: 36 cm, Largeur: 38 cm, Epaisseur: 11 cm.



Voulez-vous retourner vers la galerie d'art contemporain?




Bruce Krebs, sculpteur
9 ter rue Amelot, 17 000 La Rochelle,
Charente Maritime, Poitou-Charentes, France, Europe.
Pour m'envoyer un E-mail:atelier.bruce.krebs@wanadoo.fr